Page:Phonétique d'un parler irlandais de Kerry.pdf/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
35
LES SPIRANTES

dans ce dernier cas ʃ peut développer un glide palatal j qui, combiné avec le souffle sourd qui représente l’alternance initiale de ʃ, donne ç ; là au contraire où ʃ ne développe pas de glide, la palatalisation ne subsiste pas sous la forme « adoucie » et le résultat de l’aspiration est h (cf. § 89). Pour une évolution parallèle de « adouci », cf. Sommerfelt, Torr, § 197.

ᴀᴜnçαrt (anncheart) « injustice », de αrt (ceart) « droit » ; ɑnəço: (anacheó) « brouillard épais », de kʲo: (ceó) « brouillard » ; ɑnəçu:ⁱnʹ (anachiúin) « très tranquille », de kʲu:ⁱnʹ (ciúin) « tranquille » : αçαrt (neamhcheart) « de travers » ; ən vʹαn çì:a (an bhean chéadhna) « la même femme ».

ɩ çɑ:ⁱnʹ (a Sheáin) « Jean ! », de ʃʲɑ̃:n (Seán) « Jean » ; ɩ ço:rʃɩ (a Sheóirse) « Georges ! », de ʃʲo:rʃɩ (Seóirse) « Georges » ; ɑnəçᴜ:l (anashiubhal) « longue marche », de ʃʲᴜ:l (siubhal) « marche » ; ço:ləmʷɩrʹ (sheólamair) « nous nous mimes en marche », de ʃʲo:lɩmʹ (seólaim) « je me mets en marche ».

J’ai entendu ç provenant du glide j combiné avec h dans anʹçᴜ (aithniughadh) « reconnaître ».

§ 69.
j (écrit dh‑, gh- et quelquefois non noté).

j est articulé sensiblement au même point que ç, mais avec une ouverture plus considérable. Ce n’est pas une spirante avec friction nette mais une demi-voyelle comparable au y d’anglais yes ou de français yeux.

j apparaît en contact avec des voyelles, en règle générale seulement à l’initiale, le plus souvent comme alternance grammaticale de ou  ; on peut noter aussi quelques cas de j apparaissant à l’initiale devant un i, ou même, en position médiane, à la place d’un i deuxième élément de triphtongue.

ɑnəjαs (anadheas) « très joli », de αs (deas) « joli » ; nʹi· jinʹɩmʹ (ni dheinim) « je ne fais pas », de dʹᴇnʹɩmʹ (deinim) « je fais » ; mo ji:həl (mo dhícheall) « mon possible », de dʹi:həl (dícheall) « possible » ; ə χɑrə jilʹ (a chara dhil !) « mon cher ami ! », de dʹilʹ (dil) « cher » ; əm ji·ɛgʹ (im dhiaidh) « après moi », de dʹi·ɛg (diaidh) « suite » ; jaᴜl ʃe· (gheall sé) « il promit », de gαlɩmʹ (geallaim)