Page:Pierre Le Loyer - La Néphélococugie, édition de 1869.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
38
la comédie

Dis, Jean Cocu, nous voudrions sçavoir
Qu’est cest Oyseau ainsi marqué de noir ?


Jean Cocu

C’est un Cocu.


Cornard

C’est un Cocu. Comment, un Cocu ?


Jean Cocu

C’est un Cocu. Comment, un Cocu ? Voire.


Cornard

Tes beaux Cocus ont doncq’ la plume noire,
Grise, tannée et grivelée aussi ?


Jean Cocu

Non tous Cocus, ains seullement ceux-cy,
Qui sont nyays, vivant toute l’année
Dedans leur nid qui est la cheminée,
Dont cestuy-là en est un bien parfaict,
Nyays Oyseau et nyays par effaict,
Gros enfroigné, gros tendrier inutile,
Tout renfroigné, tout sot, tout mal habile,
De tous plaisirs retraint et desnué,
Un lourd vilain, un Cocu cocué.


Genin

J’en voy encore un autre qui luy semble,
Et de plumage et de couleur ensemble,
Sinon qu’il a comme une mitre au front.


Jean Cocu

Aussi est-il de ces Cocus qui sont
Oyseaux de marque et prisez davantaige,
Pour avoir sçeu que c’est que Cocuaige ;