Page:Pierre de Coubertin - L’Éducation anglaise en France, 1889.djvu/196

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
176
projets et espérances

la robe d’une dame qui passe dans une élégante victoria et à laquelle les deux cavaliers adressent un salut des plus corrects, voilà le fond du dialogue ; et la promenade se poursuit à travers les allées les plus fréquentées du Bois. Si vous voulez pousser plus avant l’investigation, vous apprendrez que la famille de Saint-Kétoil se compose en outre d’une fille et de trois garçons. La fille a dix-sept ans ; elle va sortir cette année pour la première fois ; on compte sur ses beaux yeux pour vaincre l’endurcissement dans le célibat d’un très riche personnage porteur d’un titre aussi contestable qu’incontesté. Pour les garçons, la question de l’avenir est délicate ; il faut une carrière, et vraiment il est bien difficile de s’encanailler dans la diplomatie : heureusement que le service militaire y peut pourvoir. L’aîné est sorti de Saint-Cyr et s’amuse pour s’en reposer ; le dernier n’y est pas encore et s’amuse pour s’y préparer ; le deuxième y est et aspire à en sortir pour s’amuser. Leur père est un excellent homme, qui va tous les ans présenter ses hommages au chef de la maison de France, dont il ne désire pas ardemment le retour, parce que cela le gênerait de ne plus pouvoir dire du mal du gouvernement. La comtesse, sa femme, fait par jour un nombre incommensurable de visites et quête pour les œuvres bien portées.