Page:Pierre de Coubertin - L’Éducation anglaise en France, 1889.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
65
sport, liberté, hiérarchie

à l’idée d’obligation, elle n’est pas même digne qu’on s’y arrête un instant.

Nous voici loin du rallye dont tous les détails sont convenus depuis longtemps : bien des choses ont passé dans le cabinet de M. Godart auxquelles nous n’avons pas fait attention ; des paquets de photographies qu’on expédie à Eton comme souvenir de notre récente visite, le nouveau drapeau de l’École, rouge avec les initiales E. M. en lettres bleues et blanches ; à présent, ce sont les mamans qui défilent avec des recommandations, des inquiétudes, des observations, des explications et un petit luxe de détails superflus. La présence de votre serviteur à demi caché derrière un journal ne les inquiète guère ; elles ont d’ailleurs toute sa sympathie pour la façon dont elles ont répondu au plébiscite ; car ce fut un vrai plébiscite par lettres qu’organisa M. Godart au mois de mai dernier, quand il pria les parents d’indiquer eux-mêmes le genre d’exercice auquel ils donnaient la préférence pour leurs enfants. Beaucoup indiquèrent l’équitation, beaucoup aussi le canotage, et étant donnés les préjugés courants, c’est très bien, cela ! On voit tout de suite que les mamans de l’école Monge ne sont pas de celles qui « regardent un trapèze comme un instrument de torture, et permettent à un gamin de voir pousser ses moustaches avant d’avoir enfourché un cheval ». (Jules Simon, Revue de Famile.)