Page:Pierre de Coubertin - Pédagogie Sportive, 1922.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
60
pédagogie sportive

spécialisés, ils exigeraient non seulement des frais assez considérables de vêtements, de matériel, d’enseignement… mais aussi les loisirs nécessaires à la fréquentation desdits établissements.

Or toute une série de faits se sont produits qui ont aidé à la démocratisation sportive. Et d’abord le goût du plein air. Au lieu de vivre calfeutrés dans des locaux coûteux à aménager, à entretenir et à chauffer, bien des sports ont commencé d’émigrer au dehors ; ils y gagneront de toutes manières. Puis la simplification du costume et l’accoutumance à travailler la peau nue ont permis à l’athlète de réduire, de ce chef, sa dépense[1]. Un troisième agent et l’un des plus puissants, a été le foot-ball ; on ne saura jamais assez de gré à ce jeu magnifique des progrès non seulement musculaires et moraux mais aussi sociaux dont on lui est redevable et qui seront reconnus un jour[2].

La campagne en faveur de la « gymnastique utilitaire » et des méthodes simplistes qui en sont la base[3] apporta également un renfort en ouvrant des perspectives nouvelles. L’institution en France du « Diplôme des Débrouillards » et plus tard de la « fiche Hébert » fit pendant à celle de l’insigne sportif suédois que chacun peut obtenir le droit de

  1. C’est à l’ingénieur danois J. P. Müller qu’il faut faire l’honneur en premier lieu de ce résultat. Sa fameuse campagne en faveur de la nudité sportive a atteint tous les pays du monde où sa brochure traduite en toutes les langues s’est écoulée par centaines de mille.
  2. La diffusion du football en Europe a été aussi rapide que complète. Par exemple dès 1906, le Sport Club Slavia de Prague pouvait mettre en ligne sept équipes.
  3. Commencée en 1901. — Voir le livre du même nom (Alcan), paru en 1905.