Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/186

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans le Gorgias, comme dans le Phédon et la République, un appel à la mythologie du temps, qui couronne l’argumentation rationnelle, et présente la vérité sous le reflet du symbole, sous cette forme populaire que l’énergie spontanée du genre humain s’est suscitée à elle-même et pour son usage, avant que la réflexion fût née et eût créé pour l’élite des esprits cette forme de la pensée plus pure et plus élevée qu’on appelle la philosophie. Platon comprend, respecte et aime trop l’humanité pour en rejeter les inspirations primitives ; et loin de mettre aux prises la religion et la philosophie, il essaie partout de les concilier ; partout il tire ou il autorise les soupçons et les pressentimens sublimes de sa propre pensée, des convictions du genre humain, déposées dans les traditions religieuses des peuples. Personne n’a mieux saisi l’alliance intime du sens commun et de la science, de la religion et de la philosophie, des croyances populaires et des conceptions