Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



POLUS.

Comment donc la regardes-tu ?


SOCRATE.

Comme une chose que tu te vantes d’avoir réduite en art dans un écrit que j’ai lu depuis peu.


POLUS.

Quelle chose encore ?


SOCRATE.

Une espèce de routine.


POLUS.

La rhétorique est donc une routine, à ton avis ?


SOCRATE.

Oui, à moins que tu ne sois d’un autre sentiment.


POLUS.

Et quel est l’objet de cette routine ?


SOCRATE.

De procurer de l’agrément et du plaisir.


POLUS.

Ne juges-tu pas que la rhétorique est une belle chose, puisqu’elle met en état de plaire aux hommes ?