Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/321

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


eux qu’appartient le gouvernement des états, et il est juste qu’ils aient plus que les autres, ceux qui commandent plus que ceux qui obéissent.


SOCRATE.

Et relativement à quoi ? est-ce relativement à eux-mêmes, mon cher ami ? ou relativement à quoi est-ce qu’ils commandent ou obéissent ?


CALLICLÈS.

Que veux-tu dire ?


SOCRATE.

Je dis que chaque individu commande à soi-même. Est-ce qu’il ne faut pas qu’on commande à soi-même, mais seulement aux autres ?


CALLICLÈS.

Qu’entends-tu par commander à soi-même ?


SOCRATE.

Rien d’extraordinaire, mais ce que tout le monde entend ; savoir, être tempérant, maître de soi-même, et commander aux passions et désirs qui sont en nous.


CALLICLÈS.

Que tu es charmant ! tu nous parles d’imbécilles sous le nom de tempérans. Qui ne le sent ?


SOCRATE.

Il n’est personne, au contraire, qui ne comprenne que ce n’est pas là ce que je veux dire.