Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/583

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


HIPPIAS.

J'en suis convenu en effet.

SOCRATE.

Donc, selon tes principes, il est plus légitime pour les enfans de Lacédémone d'être élevés par Hippias, et moins légitime d'être élevés par leurs parens, si réellement ton éducation doit leur être plus utile.

HIPPIAS.

Elle le serait, [285b] Socrate.

SOCRATE.

Ainsi les Lacédémoniens pèchent contre la loi lorsqu'ils refusent de te donner de l'argent et de te confier leurs enfans.

HIPPIAS.

Je te l'accorde ; aussi bien il me paraît que tu parles pour moi, et j'aurais tort de te contredire.

SOCRATE.

Voilà donc, mon cher ami, les Lacédémoniens convaincus de violer les lois[1], et cela sur les objets les plus importants, eux qui passent

  1. En grec, légitime et légal ne sont qu'un seul mot, νομίμον ; et παρανομεῖν signifie également violer la loi en soi, et violer les lois positives. Il a fallu dans la conclusion se servir en français d'expressions différentes.