Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/698

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


flexion, qui ne se développe que précisément à condition de s'ignorer, et, la crise passée, laisse l'âme dans son état ordinaire, avec tous ses défauts et même avec tous ses vices. En général, Socrate avait au plus haut degré tout ce qu'il faut pour commencer une révolution. A une droiture parfaite il joignait une opiniâtreté invincible. Son esprit était plus juste qu'étendu ; la haute métaphysique le surpassait, lui répugnait même, et il ne savait pas voir toujours derrière des apparences fâcheuses le fond vrai et grand qui les supportait, et pouvait jusqu'à un certain point réconcilier avec elles. Avec tous les avantages du bon sens, il en avait aussi les inconvéniens, s'il est permis de s'exprimer ainsi. Il vit donc parfaitement le mauvais côté de l'ordre social de son temps, le signala hautement et l'attaqua avec une imprudence héroïque, se servant tour à tour des armes de la rai-