Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/700

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


des traditions où il voyait des choses admirables et d'éternelles vérités sous des formes accommodées au temps, c'est-à-dire utiles. Impitoyable ennemi des démagogues et de l'éloquence anarchique et passionnée de la tribune populaire, nous ferons voir dans notre argument sur la République quel fut le vrai caractère de sa politique à-la-fois libérale et sévère, tempérament hardi de la législation dorienne et de la législation ionienne réconciliées et fondues ensemble dans leurs meilleures parties, quoiqu'avec la prédominance de l'élément et du caractère dorien. Quant à l'art et à la poésie en particulier, personne n'a mieux décrit l'enthousiasme qui la constitue et qui en fait une chose divine. A cet égard, le Phèdre est là ; mais tout comme il voulait que l'éloquence eût une direction morale, de même il voulait que la poésie, l'enthousiasme et l'inspiration, qui souvent s'éga-