Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/739

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


[540a] ION.

Qu’est-ce donc que j’ai oublié ?

SOCRATE.

Ne te souviens-tu pas d’avoir dit que l’art du rapsode est autre que celui du cocher ?

ION.

Je m’en souviens.

SOCRATE.

N’as-tu point avoué qu’étant autre, il aura aussi d’autres objets ?

ION.

Oui.

SOCRATE.

L’art du rapsode, selon ce que tu dis, non plus que le rapsode, ne jugera donc pas de tout ?

ION.

Il en faut peut-être excepter ce dont tu m’as parlé, Socrate.

[540b] SOCRATE.

Mais par là, tu exceptes à-peu-près tout ce qui appartient aux autres arts. De quoi jugera donc précisément le tien, puisqu’il ne juge pas de tout ?

ION.

Il jugera, je pense, des discours qu’il convient de mettre dans la bouche de l’homme et de la femme, des esclaves et des personnes li-