Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/743

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ION.

Pour cela, je ne le crois pas.

SOCRATE.

Tu crois du moins qu’un excellent [541b] rapsode est aussi un excellent capitaine ?

ION.

Assurément.

SOCRATE.

N ’es-tu pas le meilleur rapsode de toute la Grèce ?

ION.

Sans comparaison, Socrate.

SOCRATE.

Et es-tu aussi le plus grand général de toute la Grèce ?

ION.

N’en doute pas, Socrate ; j’en ai appris le métier dans Homère.

SOCRATE.

Au nom des dieux, Ion, pourquoi donc, étant le meilleur général et le meilleur rapsode de la Grèce, vas-tu de ville en ville récitant des vers, et ne commandes-tu pas les armées ? Penses-tu [541c] que les Grecs aient grand besoin d’un rapsode portant une couronne d’or, et qu’ils n’aient point affaire d’un général ?

ION.

Notre ville, Socrate, est sous votre domina-