Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/798

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SOCRATE.

Courir, n'est-ce pas agir ?

HIPPIAS.

Assurément.

SOCRATE.

Si c'est agir, n'est-ce pas faire [373e] quelque chose ?

HIPPIAS.

Oui.

SOCRATE.

Donc celui qui court mal, fait une chose mauvaise et laide en fait de course ?

HIPPIAS.

Oui : qui en doute ?

SOCRATE.

Celui qui court lentement ne court-il pas mal ?

HIPPIAS.

Oui.

SOCRATE.

Le bon coureur ne fait-il point cette chose mauvaise et laide, parce qu'il le veut bien ; et le mauvais, malgré lui ?

HIPPIAS.

Selon toute apparence.

SOCRATE.

Dans la course, par conséquent, celui qui fait mal malgré soi, [374a] est plus mauvais que celui qui fait mal de plein gré ?