Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/890

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


― Le même. — Je n’y pourrais consentir. Mais [298c] dis-moi, Euthydème, est-il seulement mon père, où l’est-il aussi des autres hommes ? — Aussi des autres, répondit-il. Voudrais-tu qu’un même homme fût père et ne le fût pas ? — Je l’aurais cru, dit Ctésippe. — Que l’or ne fût pas de l’or, qu’un homme ne fût pas un homme ? — Prends garde, Euthydème ; tu ne mêles pas, comme on dit, le lin avec le lin[1] ; certes, tu m’apprends là une chose admirable, que ton père est père de tous les hommes. — Il l’est toutefois. — Mais, dit Ctésippe, n’est-il père que des hommes, ou l’est-il aussi des chevaux et de tous les autres animaux ? [298d] — Il l’est aussi de tous les autres animaux. — Et ta mère, est-elle aussi la mère de tous les autres animaux ? — Elle l’est aussi. — Ta mère est donc la mère de tous les cancres marins ?— Et la tienne aussi. — Tu es donc le frère des goujons, des petits chiens et des petits cochons ? — Et toi aussi. — De plus, tu as pour père un chien ? — Et toi aussi. — Là-dessus Dionysodore : Si tu veux me répondre, Ctésippe, je te le ferai avouer aussitôt. Dis-moi, as-tu un chien ? — Oui, répondit Ctésippe, et fort méchant. [298e] — A-t-il des petits ? —

  1. Proverbe : dire des choses qui ne vont pas ensemble, des choses absurdes.