Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/912

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Socrate, en entendant réciter le Lysis de Platon, s'écria : Grands dieux ! que de choses me fait dire ce jeune homme que je n'ai jamais dites !

PAGE 39. — Et mainte autre histoire plus vieille encore.

Πρὸς δὲ τούτοις ἔτι τούτων κρονικώτερα. BEKK., p. 112.

Heindorf, page 9, se plaint que l'on ait traduit κρονικώτερα par antiquiora, et propose ineptiora, d'après L. Bos., Obs. crit. On peut répondre que κρονικώτερα veut bien dire ineptiora, mais indirectement, et que son sens direct est en effet celui d'antiquiora, Ctésippe reproche à Hippothalès de ne dire sur Lysis et sa famille que des histoires rebattues, et il développe κρονικώτερα en se moquant d'une tirade où Hippothalès remontait jusqu'à Hercule pour célébrer la famille des Lysis. Schleiermacher traduit altväterischeres. J'ai fait comme lui, et j'ai traduit κρονικώτερα dans son sens direct, qui renferme implicitement et laisse assez percer la signification de ridicules.

PAGE 41. — De plus, comme on célèbre la fête d'Hermès.

Hermès, comme dieu de la science, présidait aux