Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/915

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


vue. Le doute serait fondé s'il n'était ici question que d'un seul écrivain ; assurément δυγγραφεὺς ne s'appliquerait point à Empédocle. Mais Platon parle de plusieurs philosophes, τῶν σοφωτάτων, dont la plupart avaient écrit en prose, ce qui justifie l'expression de συγγράμματα, appliquée aux écrits de toute l'école, alors même qu'un d'eux, et le plus célèbre, eût écrit en vers. Il s'agit ici de l'école d'Empédocle plutôt que d'Empdocle lui-même ; mais c'est bien Empédocle et les siens que Platon veut désigner, comme le prouve le passage célèbre d'Aristote, Morale à Nicomaque, liv. VIII, chap. I. Ἐξ ἐναντίας δὲ τούτοις ἄλλοι τε καὶ Ἐμπεδόκλης. — Et cette même phrase d'Aristote nous fait penser aussi que Platon a encore en vue les partisans d'Empédocle dans la phrase où il parle des adversaires de la théorie du contraire comme principe de l'amitié. οἱ πάνσοφοι ἄνδρες οἱ ἀντιλογικοί.