Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/929

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


lequel se trouvent quelques pages sur le Ménexène, où l'auteur, après quelques critiques sévères, termine par cette sage conclusion, « qu'il est impossible de lire attentivement le Ménexène sans être tenté quelquefois de le regarder comme non authentique ou interpolé, et sans revenir à l'opinion contraire surtout lorsqu'on réfléchit à l'autorité de la citation d'Aristote. »