Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/937

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


évidemment pour un adjectif, comme dans la Républ., VI, et dans plusieurs endroits du Phédon. Voyez la note de Schleiermacher, sur l’Apologie, et la nôtre, qui s’y rapporte, tom. I, p. 535.

PAGE 367. ― Que la vertu peut être enseignée.

C’était une proposition d’Antisthène, qui la développait avec une dialectique qui se rapproche beaucoup de celle des sophistes.

PAGE 374. ― Sur cette même chose, que ce soit un fait ou une idée.

Πραττόμενον ἢ λεγόμενον. BEKK., p. 406.

Ficin : quoties fit vel dicitur. Schleiermacher : wenn er behandelt oder besprochen wird. Ni Heindorf ni aucun critique ne fait ici de remarque.

PAGE 376. ― On pourrait peut-être nous le contester (qu’être tempérant, juste, vaillant, soient des biens).

Schleiermacher pense que ceci se rapporte d’une manière indirecte à Aristippe. Il pense encore que le passage où Platon feint de regarder l’εὐτυχία, le don de réussir, comme un bien et le premier des biens, est encore une allusion à une opinion d’Aristippe, et