Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/1000

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

ce que je vais dire je m’écarterai en rien de la vérité. Nous étions un jour dans ton jardin, Archidème et Aristocrite étaient présents, à peu près vingt jours avant mon départ de Syracuse, quand tu me dis ce que tu répètes aujourd’hui, que j’avais plus à cœur les intérêts d’Héraclide et de ses amis que les tiens. Ensuite tu me demandas, en présence de ceux que j’ai nommés, si je me souvenais de t’avoir conseillé dans les premiers temps de mon arrivée [319b] de rétablir les villes grecques. Je te répondis que je me le rappelais parfaitement et que j’approuvais encore ce projet. Il faut le dire, Denys ; à la suite de notre conversation, je te demandai si c’était là le seul conseil que tu eusses reçu de moi, et si je ne t’en avais pas donné d’autres. À ces paroles entrant en fureur et dans l’intention de m’injurier (cette scène alors si vive n’est sans doute plus qu’un songe aujourd’hui pour toi), tu me dis [319c] en riant aux éclats et en te moquant de moi, s’il m’en souvient : « Oui, tu m’ordonnais de faire ceci, de ne pas m’occuper de cela, comme à un écolier. » — Je répondis que tu avais très bonne mémoire. — Et tu ajoutas : « Comme à un véritable écolier en géométrie, n’est-ce pas ? » — Je retins la réponse que j’avais sur les lèvres, dans la crainte qu’un seul mot de plus ne m’ôtât la liberté de partir que j’espérais obtenir. Mais j’arrive à la conclusion de tout ceci : ne m’accuse pas de t’avoir empêché de rétablir les villes grecques ruinées [319d] par les barbares, et de substituer dans Syracuse la monarchie au gouvernement tyrannique : tu ne pourrais avancer sur mon compte de mensonge qui fût plus contraire à mes principes. S’il y avait un tribunal compétent pour nous juger, je fournirais des preuves encore plus claires et plus convaincantes que je t’ai donné ce conseil, et que c’est toi qui as refusé de le suivre. Il était si aisé de démontrer jusqu’à l’évidence les grands avantages que