Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/1078

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

qui est juste, et celui qui les fait mal à propos fait ce qui est injuste.

L’ami. Oui.

Socr. Celui qui fait ce qui est juste n’est-il pas juste, et celui qui fait ce qui n’est pas juste, injuste ?

L’ami. C’est vrai.

Socr. Qui est-ce qui coupe, brûle et amaigrit less hommes quand il faut ?

L’ami. Le médecin.

Socr. Est-ce parce qu’il le sait, ou par quelque autre motif ?

L’ami. Parce qu’il le sait.

Socr. Et qui est capable de bêcher, de labourer et d’ensemencer la terre quand il faut et à propos ?

L’ami. L’agriculteur.

Socr. Parce qu’il le sait, ou parce qu’il ne le sait pas ?

L’ami. Parce qu’il le sait.

Socr. N’en est-il pas de même pour le reste ? Celui qui sait peut faire les choses à propos, celui qui ne sait pas ne le peut pas.

L’ami. Fort bien.

Socr. Ainsi donc, celui qui sait est aussi capable de mentir, de tromper et d’être utile à propos, mais non celui qui ne sait pas.

L’ami. Tu as raison.

Socr. Et celui qui fait tout cela quand il faut le faire est-il juste ?

L’ami. Oui.

Socr. Et il le fait au moyen de la science ?

L’ami. Sans contredit.

Socr. Le juste est donc juste par la science.

L’ami. Oui.

Socr. Et l’injuste n’est-il pas injuste par le contraire de ce qui fait que le juste est juste ?