Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



THÉÉTÈTE.

Pourquoi donc ?

L’ÉTRANGER.

De peur de faire aux sophistes trop d’honneur.

THÉÉTÈTE.

Et pourtant ce que nous venons de dire a bien l’air de leur ressembler.

L’ÉTRANGER.

Oui, c’est-à-dire comme le loup au chien, ce qu’il y a de plus féroce à ce qu’il y a de plus apprivoisé. Quiconque veut marcher sûrement doit toujours prendre garde aux ressemblances; car ce sont des endroits glissants. Mais admettons que ce soit là le sophiste. Il est inutile de chicaner sur de petites différences, lorsqu’une fois on est sur ses gardes.

THÉÉTÈTE.

Tu as raison.

L’ÉTRANGER.

Soit donc l’art de purifier, une partie de l’art de démêler ; dans l’art de purifier, qu’on sépare la partie qui concerne l’âme; dans cette partie, l’enseignement ; dans l’enseignement, l’éducation ; dans l’éducation enfin la réfutation, qui confond la vanité de la fausse science, comme nous l’avons fait voir : voilà notre sophistique de noble race.