Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



THÉÉTÈTE.

Laquelle ?

L’ÉTRANGER.

C’est de ne pas me prendre pour une espèce de parricide.

THÉÉTÈTE.

Et pourquoi cela ?

L’ÉTRANGER.

Pour nous défendre, il nous faudra soumettre à l’examen la maxime de notre père Parménide, et à toute force établir que le non-être existe à certains égards, et qu’à certains égards aussi l’être n’est pas.

THÉÉTÈTE.

En effet, c’est là visiblement ce qu’il nous faut débattre.

L’ÉTRANGER.

Oui, cela est visible, comme on dit, même pour un aveugle ; car, jusqu’à ce qu’on soit décidé pour ou contre, on ne pourra guère traiter des discours ou des opinions fausses, des simulacres, des apparences, des imitations et des fantômes, ou bien des arts qui s’en occupent, sans tomber dans le ridicule par la nécessité de se contredire soi-même.

THÉÉTÈTE.

Bien de plus vrai.