Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/504

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


paraît représenter ce qu’il y a de rapide et presque de soudain dans la croissance des jeunes gens. Bekker, p. 66.

Heindorf imagine que Platon fait consister l’imitation des mots θεῖν et ἅλλεσθαι par le mot θάλλεσθαι, en ce que dans ce mot on saute de la première lettre de θεῖν à ἅλλεσθαι. Il n’est pas besoin de recourir à cette explication un peu forcée ; il suffit que le mot composé représente, dans sa signification, le sens des deux racines qui lui sont assignées, comme dans la plupart des exemples qui précèdent et qui suivent.

Page 103. — Tu me parais maintenant, Socrate, hâter et presser tes explications, Socr. C’est que les oracles du dieu vont bientôt finir. Je veux pourtant faire encore un essai sur les mots nécessité, ἀνάγκη, et volontaire, ἑκούσιον, qui viennent naturellement à la suite des précédents. Herm. Soit. Socr. D’abord, etc. Bekker, p. 79 : ἙΡΜ. Ταῦτα ἤδη μοι δοκεῖς, ὦ Σώκρατες, πυκνότερα ἐπάγειν· τέλος γὰρ ἤδη θέω· ἀνάγκην δ᾽ οὖν ἔτι βούλομαι διαπερᾶναι, ὅτι τούτοις ἑξῆς ἐστι, καὶ τὸ ἑκούσιον. ΣΩΚΡ. Τὸ μὲν οὖν « ἑκούσιον, etc.

La leçon de Bekker est celle de tous les manuscrits : mais elle ne donne pas un sens qui nous ait satisfait, et nous avons préféré suivre Schleiermacher. D’abord