Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/540

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Schleiermacher wohin. Ast lit οἷ, et traduit : quo oporteat. J’entends : τὸν βουλόμενον τῶν οἷς ἐξ. C’est une restriction qui se rapporte à ce qu’a dit plus haut le jeune Socrate : exercer une telle autorité n’appartient pas au premier venu ; il faut avoir qualité pour cela.

PAGE 456. — Quand il est évident qu’en toute autre affaire ce principe serait une cause de ruine. BEKKER, p. 343 ; ἑτέρα προσχρωμένη παντὶ κατάδηλος ὡς πάντ’ ἂν διολέσειε τὰ ταύτῃ γιγνόμενα.

Schleiermacher trouve ce passage défectueux, et il rapporte ἑτέρα à πολιτείᾳ, qu’il tire de πολιτείαις, de la phrase précédente; mais si la grammaire peut admettre πολιτείᾳ, le sens le repousse invinciblement, puisqu’il s’agit de tirer une induction politique de ce qui arriverait en d’autres matières, si l’on y suivait le même principe. Je lis donc ἑτέρᾳ et non ἑτέρα avec Bekker, et je le prends adverbialement, ce qui n’est pas sans exemple ; ou s’il fallait le rapporter à quelque mot précédent, je le rapporterais plutôt à πράξει, de τὰς πράξεις, qui précède immédiatement, ou à τέχνη, dont il a été parlé plus haut.

PAGE 462. — Et cet art de la parole qui participe de la puissance royale. BEKKER, p. 348 : βασιλικῇ κοινωνοῦσα ῥητορεία.