Page:Plaute - Comédies, traduction Sommer, 1876, tome 1.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NICOBULE. Voyons.

CHRYSALE. Vous reconnaissez son cachet ?

NICOBULE. Oui. Où est-il à présent ?

CHRYSALE. Je ne sais. Je ne dois plus rien savoir, j’ai tout oublié. Je sais seulement que je suis esclave ; je ne sais pas ce que je sais. (À part.) Voilà le merle qui vient mordre à l’appâta il sera pris aujourd’hui même ; le piège est tendu avec art.

NICOBULE. Attends un moment, Chrysale, je reviens. (Il sort.)

CHRYSALE. Comme il m’attrape ! comme je serai surpris de ce qu’il va faire ! Il est allé chercher des esclaves pour m’enchaîner. Le navire fait bonne route, la barque va joliment l’aborder. Mais silence : j’entends ouvrir la porte.



SCÈNE VII. — NICOBULE, CHRYSALE, DES ESCLAVES.


NICOBULE. Vite, Artamon, qu’on lui lie les mains.

CHRYSALE. Qu’ai-je fait ?

NICOBULE. Et un bon coup de poing s’il souffle. (À Chrysale.) Que disent ces tablettes ?

CHRYSALE. Vous me le demandez ? Eh ! je vous les ai apportées comme ii me les a remises.

NICOBULE. N’as-tu pas grondé mon fils pour m’avoir rendu l’argent ? ne t’es-tu pas vanté de me le reprendre par ton adresse ?

CHRYSALE. Moi, j’ai dit cela ?

NICOBULE. Oui.

CHRYSALE. Qui vous a dit que j’ai tenu ce propos ?

NICOBULE. Paix ! personne ne me l’a dit ; mais ces tablettes que tu as apportées te convainquent. Oui, oui, ce sont elles qui te font enchaîner.

CHRYSALE. Ah ! votre fils m’a changé en Bellérophon[1]. Ainsi j’ai apporté des tablettes pour me faire enchaîner ?… C’est bon !

NICOBULE. Cela t’apprendra à conseiller à mon fils de faire la débauche avec toi, triple empoisonneur.

CHRYSALE. Ah ! le pauvre homme ! vous ne savez pas qu’on vous vend en ce moment et que vous êtes sur la pierre du crieur.

NICOBULE. Qui est-ce qui me vend ? parle.

CHRYSALE. Celui que les dieux aiment meurent dans la force

  1. Voyez Homère, Iliade, VI.