Page:Plaute - Comédies, traduction Sommer, 1876, tome 1.djvu/197

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHRYSALE. Je lui ai dit tout cela.

NICOBULE. « J’avoue que j’ai fait une faute ; mais je vous en prie, mon père, tout coupable que je suis, ne m’abandonnez pas. Je n’ai pu maîtriser ni mon cœur ni mes yeux : je me suis laissé entraîner à faire des choses dont je rougis aujourd’hui. » Il eût mieux valu prendre garde à toi et n’avoir point à rougir. CHRYSALE. Voilà précisément ce que je lui disais tout à l’heure.

NICOBULE. « Contentez-vous, mon père, je vous en supplie, des reproches que m’a faits Chrysale ; ses remontrances m’ont ramené à la raison ; il est juste que vous lui soyez reconnaissant. »

CHRYSALE. C’est écrit, là ?

NICOBULE. Regarde, tu le sauras.

CHRYSALE. Ah ! quand on a fait une faute, comme on s’humilie devant tout le monde !

NICOBULE. « Si j’ai encore le droit de vous adresser une prière, je vous en prie, mon père, donnez-moi deux cents philippes. »

CHRYSALE. Pas même un, si vous avez du bon sens.

NICOBULE. Laisse-moi finir, c J’ai juré solennellement de donner la somme à cette femme d’ici à ce soir, avant de me séparer d’elle. Faites en sorte, mon père, que je ne manque pas à mon serment, et tirez-moi au plus vite des mains de cette créature, qui a causé ma ruine et mon déshonneur. Ne vous chagrinez pas pour ces deux cents philippes, je vous en rendrai six cents, si je vis. Adieu, et pensez à votre fils, » Qu’en dis-tu, Chrysale ?

CHRYSALE. Moi ! je me garderai bien de vous donner aucun conseil aujourd’hui ; je ne veux, pas, si cela tourne mal, que vous puissiez dire : « Je l’ai fait de l’avis de Chrysale. » Pour moi, j’imagine, si j’étais à votre place, je donnerais l’argent, plutôt que de laisser mon fils se perdre. Il y a deux partis à prendre ; voyez lequel vous plaît le mieux : perdez votre or, ou laissez votre amoureux manquer à sa parole. Je ne vous dis ni de faire ceci ni de ne pas faire cela ; je ne vous conseille rien.

NICOBULE. J’ai pitié de lui.

CHRYSALE. Cela se comprend, c’est votre fils. Fallût-il sacrifier plus encore, mieux vaut la ruine qu’un pareil esclandre.

NICOBULE. En vérité, je voudrais qu’il fût resté à Éphèse, bien portant seulement, plutôt que d’être revenu ici. Allons, puis-