Page:Plaute - Comédies, traduction Sommer, 1876, tome 1.djvu/212

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cune de ses comédies n’a un air plus original, une physionomie plus romaine : aussi sommes-nous fortement sollicité à croire que ce n’est pas une imitation. Mais si Plaute ici n’a imité personne, il n’a pas lui-même manqué d’imitateurs. Presque tous les théâtres modernes ont eu leur comédie des Captifs ; la scène française à elle seule en a vu représenter trois : l’une de du Ryer, l’autre de Rotrou, et la dernière de Roy (1714). La pièce de Rotrou, est loin de valoir celle de Plaute ; mais il serait injuste de lui contester certains mérites, notamment l’élégance, qui est un des caractères distinctifs de ce poëte.