Page:Poincaré - Thermodynamique (ed. 1908).djvu/156

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


QUELQUES CONSÉQUENCES DU PRINCIPE DE CARNOT. (37 Q Il est’ également impossible que Q, et Q, soient négatifs, c’est-à-dire que de la chaleur soit cédée par le corps le long de AB et empruntée le long de CD. En effet, la chaleur Q, cédée le long de AB pourrait être absorbée par une source dont la température T serait comprise entre T, et T, . Cette même source pourrait fournir la quantité de chaleur Q, que le corps emprunte le long de CD. Nous aurions donc une machine thermique fonctionnant avec une seule source.

Il ne nous reste plus qu’à faire voir que l’on ne peut avoir Qi> o et Qi< o. Dans ce cas, le corps emprunterait des quantités de chaleur positives le long de AB et le long de CD. Ces quantités de chaleur pourraient être fournies par une source dont la température T serait supérieure à T, ; nous aurons donc encore production de travail avec une seule source.

Ainsi, lorsque le cycle de Carnot est décrit dans le sens direct, ~:, Q, et Q, sont des quantités positives. Si nous le décrivons dans le sens rétrograde, 1- sera négatif ; la quantité de chaleur Q, empruntée le long de BA et la quantité Q, cédée le long de I)C seront également négatives. Nous avons d’ailleurs montré (§ 39) qu’il est possible de considérer la quantité Q, comme cédée à la source à température T, et la quantité Q, comme empruntée a la source dont la température est T, .

114. Le coefficient économique d’u1i cycle de Carnot ne dépend que des températures des isothermes. — Revenons sur l démonstration du théorème de Carnot, en cherchant à nous affranchir d’une objection plus spécieuse que réel-