Page:Poincaré - Thermodynamique (ed. 1908).djvu/296

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


CHANGEMENTS n’É’rA’r. 277 el., en divisant les deux membres de cette égalité par chacun des membres de la précédente, nous obtenons V- d 2 La division de la relation (2) par la relation (3) fournit l’égalité ’

8z*

v + Ø gRT*’ et alors la relation (3) donne

Iöl*

U °’* ïïlî’ Retranchons membre à membre cette dernière égalité de la précédente ; il vient

Si*

O ! + Ø - ïifitp d’où nous tirons pour la valeur de T

à¿

T` 27 R(«+Ø› Cette température est appelée la température critique ; l’isotherme qui lui correspond est représentée en EFG. Elle présente un point d’inflexion à tangente horizontale au point F pour lequel v est égal à la racine double de l’équation (x). Ce point Fest le point critique. 210. Si nous examinons ces courbes, nous constatons que celles qui correspondent aux températures plus élevées que la température critique ne peuvent être coupées en plus