Page:Polichinelle, 1906, éd. Kahn.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
13
Polichinelle

il se peut aussi que le café-concert n’y soit pas étranger.

Le Guignol ressuscitera-t-il ? C’est possible ; c’est la bourgeoisie qui s’est éloignée de Guignol. Chaque fois que devant un public populaire on chante des rondes du temps jadis, il s’émeut et se passionne. Les marionnettes, bien représentées à son attention, pourront peut-être un jour retrouver le même succès, mais alors ce seront peut-être de graves marionnettes, très au courant de la question sociale. Hagiographie ou art social, voilà ce qui guette les marionnettes de l’avenir selon le parti politique qui voudra agiter leurs fils ; l’ancien jeu était classique et ne s’intéressait qu’aux grands mouvements de l’âme humaine.

Déjà les sages qui furent amateurs de marionnettes, voulaient trouver au spectacle qu’ils goûtaient quelque chose de la saveur de l’ample comédie à cent actes divers, de l’apologue tel que le rénova La Fontaine ; la bonne Hrosvitha, cette religieuse allemande, qui la première, selon les historiens, les fit brimballer, se contentait d’un trémoussement à la gloire de Dieu, mais Charles Nodier, un des dé-