Page:Porto-Riche - Bonheur manqué, 1889.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




XXII


Fév.,


Moi le malin, moi qui me pique
De connaître le cœur humain,
Après un an de lutte épique
Je ne peux pas toucher sa main.

Mon histoire est toujours la même.
L’amour me rend si maladroit
Que je n’ai pas encor le droit
De saluer celle que j’aime.