Page:Porto-Riche - Bonheur manqué, 1889.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




XXX


Avril ;
dans une partition.


Moins seul en cette vie où tes yeux me soutiennent,
Je veux faire deux parts des jours qui t’appartiennent,
Et donner sagement, puisqu’il faut tout prévoir,
La seconde au bonheur, la première au devoir.
C’est décidé ; te voir sera ma récompense.
Tes yeux, dont je te parle encore tant j’y pense,
Je vais leur préférer ma tâche désormais,
Afin que tu sois fière un jour si tu m’aimais.