Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
161
BRE


* Bréhier (orig. d’Anjou), sr de Servaude et de Garabouëtaye, par. de Mélesse, — de la Galotière, par. de Lusanger, — de la Riottelaye, par. de Pacé, — de la Chaussée, par. de Langon, — de Beaulieu et de la Ville-au-Cerf, par. de Plélan-le-Grand, du Breil, du Souchay et des Joussardayes, par. de Fougeray.

Maint. à l’intend. en 1699, ress. de Rennes.

D’argent à trois olives de sinople, tigées de même. Devise : Ferrum servat.

Olivier, époux en 1588 de Julienne Marie, dame de Servaude, père d’Olivier, marié en 1622 à Henriette Lezot, dame de la Galotière, et aïeul d’autre Olivier, secrétaire du Roi en 1660, époux de Catherine Drouet. De ce mariage issurent : 1º René, sr de Servaude, dont la postérité s’est fondue dans Gascher ; 2º Bertrand, sr de la Riottelaye, qui a continué la filiation.

Une famille de ce nom a possédé les seigneuries de Toureil et de Martigné et la baronnie de Richebourg, au Maine et a produit : Jean, mentionné dans le procès-verbal de la coutume d’Anjou en 1508, et René, chevalier de l’ordre en 1538, marié à Renée de Brie.


Bréhonnière (de la).

D’argent à trois quintefeuilles de gueules (Arm. de l’Ars.).


Breignou (du), voyez Thépault.


Breil (du), sr dudit lieu et de la Ville-Hommet, par. d’Iffendic.

Réf. et montres de 1427 à 1513, dite par., év. de Saint-Malo.

D’argent au sautoir de gueules, comme d’Estuer ; aliàs : chargé d’un lambel de même (Sceau 1381).

Colin, écuyer de l’hôtel du duc, ratifie le traité de Guérande en 1381 ; Colin et Eustache, de la maison du comte de Laval en 1479.


Breil (du), sr dudit lieu, par. de Meillac, — du Bois de la Roche, par. de Néant, — du Chalonge, par. de Tréveron, — comte de * Rays en 1680, par. de Ploubalay, — baron des Ourmeaux ou Hommeaux, en 1575, par. de Saint-Brolazdre, — sr de la * Caunelaye, par. de Corseul, — comte de * Pontbriand en 1650, par. de Saint-Briac, — sr de la Gaudinaye, par. de Ploubalay, — de la Touche, de Belleville et de la Ville Botherel, par. de Pleurtuit, — de la Mallerie et du Plessis, par. du Plessis-Balisson, — de Penlan, par. de Quimper-Guézennec, — sr de la Motte-Olivet et du Boisruffier, par. de Pleslin, — de la Grandville, par. de Bringolo, — de la Garde, par. de Saint-Judoce, — de Saint-Thual, — de la Corbonnaye, par. d’Epiniac, — du Tertre, par. de Saint-Lunaire, — de la Garaye, par. de Taden, — de la Chatterie, — du Châteaulétard, par. de Saint-Erblon, — de la Marre-Jouan, — du Plessix, par. de Pleine-Fougères, — du Riber, — de la Bourbansais et de la Roche-Colombière, par. de Pleuguéneuc, — de la Chaloyère, — de * Landal, par. de la Boussac.

Anc. ext. chev., réf. 1668, douze gén., réf. et montres de 1440 à 1513, par. de Tréveron, Ploubalay, Pleurtuit et Saint-Brolazdre, év. de Dol et Saint-Malo.

D’azur au lion morné d’argent. Devise : Parcere subjectis, debellare superbos.

Mathieu, chevalier, mentionné ainsi qu’Olivier fils de Radulphe dans des chartes de l’abbaye de la Vieuville en 1177 et 1192 ; Guillaume, sénéchal de Penthièvre en 1227 ; autre

Tome I.
21