Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
162
BRE

Guillaume, sr du Bois de la Roche, épouse en 1283 Denise d’Anast ; Jean, fils de Guérin, marié en 1360 à Gervaise Le Borgne ; Rolland, leur flls, époux vers 1399 d’Olive Chastel, de la maison de Rouvraye, dont entre autres enfants : 1º Olivier, procureur-général aux comptes en 1444 ; 2º Rolland, président aux Grands-Jours de Bretagne en 1495, puis, au parlement de Bordeaux, † 1502, auteurs de toutes les branches de cette maison, représentée aujourd’hui par les branches du Chalonge-Landal, de Rays, de Pontbriand et de la Caunelaye. Une branche substituée en 1719 par alliance avec les Névet, aux nom et armes des Névet, s’est fondue dans Busnel.

Cette famille a produit, depuis le XVe siècle, des sénéchaux de Rennes, des chambellans, des ducs, des capitaines de places fortes, quatorze chevaliers de l’ordre depuis 1561 et plusieurs gentilshommes de la chambre du Roi, des capitaines de cinquante et cent hommes d’armes d’ordonnances, de chevaux-légers et d’hommes de pied ; des mestres de camp ; un chevalier de Malte en 1612, plusieurs pages du Roi depuis 1511 ; des abbés de Lanvaux en 1735, de Paimpont en 1743, de Saint-Jacut 1767, de Saint-Marcien au diocèse d’Auxerre en 1746, de Meaubec au diocèse de Bourges en 1750, de Theulley au diocèse de Dijon en 1766 ; un évêque de Québec, † 1760 et un chef d’escadre en 1781.


Breil (du), voyez Guignemer.


Breil (du), sr dudit lieu, par. de Maroué, — du Closneuf, par. d’Andel, — de la Hauguemorais, par. de Saint-Potan.

Anc. ext. chev. réf. 1668, dix gén., réf. et montres de 1441 à 1569, par. de Maroué, Andel el Planguénoual, év. de Saint-Brieuc.

D’argent au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d’or, comme Bréfeillac et Forestier.

Jean, épouse en 1435 Guillemette Le Moine, de la maison de Beauregard.

Famille éteinte dans Ruellan.


Breil (du), sr dudit lieu, par. de Gévezé, — de la Plesse.

Réf. de 1427 à 1513, par. de Gévezé, év. de Rennes.

D’argent à trois fasces ondées d’azur ; la première surmontée d’un lion issant de sable.


Breil (du), sr du Breilrond et du Clos, par. d’Irodouer, — de la Géraudais, par. de Bedée, — du Guillier, par de Plédéliac.

Réf. et montres de 1441 à 1569, dites par., év. de Saint-Malo et Saint-Brieuc.

D’argent à trois greliers d’azur, enguichés de gueules.

La branche du Guillier fondue vers 1600 dans Brunet.


Breil (du) sr de la Charouillère et de la Sauvionnière, par. de Vallet, — de Champcartier, par du Bignon, — du Domaine, — du Buron, par. de Vigneux.

Maint. réf. 1669, ress. de Nantes, par les privilèges de la mairie ; appelé à l’arrière-ban de Nantes en 1543 et autorisé à partager noblement par lettres de 1742.

D’azur au lion d’argent, armé couronné et lampassé de gueules, accomp. de trois coquilles d’argent.

Jean, auditeur des comptes en 1572 ; Olivier, échevin de Vantes en 1624.