Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/200

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
163
BRE

Les srs de la Bretonnière, par. de Treillières, de la Sauvagère et de la Pinelais, paroisse de Saint-Père-en-Retz et de Bélair, paroisse de Vertou, déboutés réformation de 1669.


Breil (du), sr de la Seilleraye, par. de Carquefou, — du Teil, par. de Trans, — du Boisrenaud, par. de Riaillé, — de Vair, par. d’Anetz, — des Dervalières, par. de Chantenay, — de la Turmelière, par. de Château-Thébaud, — de Coëtcandec, par. de Grandchamp, — du Doré et du Mesnil-Bouteille, en Poitou, — de Lire et de la Mauvoisinière, par. de Bouzillé, en Anjou.

Réf. 1513, par. de Trans, év. de Nantes.

De gueules (aliàs : d’azur) à trois lions d’or ; à la bordure d’argent, chargée de huit merlettes de sable (Sceau 1559) ; aliàs : à la bande d’argent, chargée de trois merlettes de gueules.

Christophe, épouse vers 1534 Catherine du Bellay, fille de Jean, sr du Bellay et de Renée Chabot, dame de la Turmelière et de Liré ; René, épouse en 1573 Claude d’Argy ; quatre chevaliers de l’ordre depuis 1568.

La branche de Liré fondue en 1643 dans la Bourdonnaye.


Breilhoussoux (du), voyez Jouneaux.


Breilmorin (du), sr dudit lieu, par. de Louvigné en Fougerais, év. de Rennes.

Porte une croix ancrée (Sceau 1248).

Philippe, témoin dans une enquête de 1210 ; Guillaume, croisé en 1248 (cab. Courtois).

Fondu dans du Chastellier.


Bréjerac (de), voyez. Bouëtoux (le).


Brémeur (de) sr de Poulfanc.

Ext. réf. 1670., 0 gén., év. de Léon.

De sable à trois quintefeuilles d’argent, comme Parscau.


Bremond olim Bermond (orig. d’Angoumois, maintenu à l’Intendance de Limoges en 1667), seigneur * d’Ars, près Cognac, — de Rouffiac, — de Balanzac, — de Dompierre-sur-Charente, — de Gimeux, — de Tesson, — de Vernou, — d’Orlac.

D’azur à l’aigle éployée au vol abaissé d’or. Devise : In fortuna virtutem.

Guillaume, fit un accord avec Itier, abbé de Saint-Cybard d’Angoulême en 1019 ; Pierre, capitaine de Mortagne-sur-Gironde en 1337 ; Guillaume, tué à Azincourt en 1415, père de Pierre, chevalier du Camail et du Porc-Epic en 1442 ; un chevalier de l’ordre, lieutenant-général pour le Roi, en Saintonge et Angoumois † 1599 ; un maréchal de camp, gentilhomme de la chambre, député aux États-Généraux en 1614 ; un mestre de camp de cavalerie, tué en Italie en 1701 dans l’armée du maréchal Catinat ; un chevalier de Malte en 1746, depuis commandeur ; deux chanoinesses de Saint-Louis de Metz en 1767 et 1782 ; un page du Roi en 1772 ; un député de la noblesse de Saintonge aux États-Généraux en 1789, père d’un maréchal de camp en 1841, dont l’un des fils est établi depuis 1860 en Bretagne.