Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/411

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
374
FAR
Roc’hbleizi, de Lambourg, de Keranzouar, de Kerloue’hic, de Kergadiou et de Locpoyen, par. d’Hanvec, — de Kergall et de Kerangarz, par. de Quimerc’h, — de Rest, du Roc’hmeur, de Coëtménez, de Loc’han et de Kerescarn, par. d’Irvillac, — du Vieux-Chastel, par. de Taulé, — de Rustéphan, par. de Nizon.

Réf. et montres de 1426 à 1481, par. de Rosnoëen, Quimerc’h et Beuzec-CapSizun, év. de Cornouaille et Taulé, év. de Léon.

D’azur au léopard d’or ; aliàs : brisé d’une cotice de gueules (Sceau 1414) ; aliàs : d’azur à deux éperviers affrontés d’argent, soutenus d’une fleur de lys d’or (Sceau 1414) ; voyez Rohello.

Morvan, vivait en 1086 ; Morvan, fit le voyage d’outre mer. -j- à Saint-Jean d’Acre, en 1218 ; Guy, prisonnier à la bataille d’Auray en 1365; Jacob, sr du Lézart et de Rustéphan vivant en 1426, marié à Tiphaine de Saint-Juzel, père 1o d’Yves, grand veneur de France en 1H72 ; 2o de Raoul, évêque d’Angoulême puis d’Evreux en 1480 ; 3o de Jean, grand échanson de France en 1469, marié à Jeanne de la Rochefoucault, dame de Montbazon en Touraine, dont : Renée, dame de Rustéphan et de Montbazon, mariée, 1o en 1492 à Louis de Rohan, sr de Guémené; 2o à Guillaume de la Marck, sr d’Aigremont.

La branche aînée fondue en 1371 dans la maison du Quélennec, d’où la vicomté du Faou a passé successivement aux Beaumanoir, Guémadeuc et du Plessis-Richelieu. Le maréchal duc de Richelieu la vendit aux Rohan-Chabot par qui elle fut revendue en 1762 au lieutenant-général Magon de la Gervaisais, en faveur duquel cette seigneurie fut érigée en marquisat, sous le nom de la Gervaisais en 1768.

La branche du Vieux-Chastel fondue au xve siècle dans Quélen.

Faou (du), sr dudit lieu, près Lannion.

Porte une fasce accomp. de trois macles (Sceau de 1283) ; aliàs : un croissant surmonté de deux étoiles (Sceau 1420).

Pierre, chevalier, appelé à asseoir une rente au profit du duc sur le hàvage de Lannion en 1283 ; Morice, prête serment au duc en 1437.

Faou (du), voyez Fou (du).
Faouëdic (du), voyez Dondel.
Faouët (le), baronnie, par. de ce nom, év. de Cornouaille.

Cette seigneurie a été successivement possédée par les maisons de Bouteville, Goulaines, et en 1600 par acquêt du Fresnay, puis Maupéou.

Faramus, sr d’Éspinefort et des Briands, par. de Ménéac, — de Trahideuc, — de Roqueton, — de la Garenne, par. de Gommené, — de la Touche, — vicomte du Curru, par. de Milizac.

Anc. ext. réf. 1667, sept gén., réf. et montres 1423 à 1513, par. de Ménéac, év. de Saint Malo, la Maloure et Laurenan, év. de Saint-Brieuc. D’argent au lion de sable, lampassé et couronné d’or.

Alain, rend hommage au vicomte de Rohan en 1396; Yves, l’un des fondateurs du chœur des Dominicains de Morlaix en 1438 ; Marie, vicomtesse du Curru, épouse vers 1360 Gestin de Kernezne ; Jean, épouse 1o en 1460 Marguerite de Quillivala ; 2o en 1484 Marguerite de Launay ; une prieure de Locmaria de Plumelec en 1703; une abbesse de Mont-Cassin en 1719 † 1740.