Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/545

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Un député de la sénéchaussée de Quimper aux Etats-Généraux en 1789, chevalier de l’Empire en 1809, président à la cour de Rennes en 1811 † 1823.

Guillou, sr de la Lardais, par. de Maure.

Réf. et montres de 1479 à 1513, par. de Maure et Pipriac, év. de Saint-Malo.

D’argent semé de feuilles de sauge de sinople. (Mss. Gaignières). Jean, épouse en 1513 Louise de Lourme.

Guillou, en français Guillaume, sr de Kerrieuc, par. de Plouguerneau, — de Kernévez, par. de Landéda.

Réf. et montres de 1426 à 1534, dites par., év. de Léon.

D’argent au château de gueules. ’

Guillou. sr de Lanhoarvé, — de Kerillis, par. de Saint-Vougay, — de Kerjénétal, par. de Plouvorn.

Anc. ext., réf. 1670, six gén., réf. et montres de 1426 à 1503, par. de Saint-Vougay, Plouvorn, Trézilidé, Plougoulm et Taulé, év. de Léon.

D’argent au chef de gueules, chargé d’un lambel d’argent. Devise : Lenitudo fortitudinis cornes.

Robert, sr de Lanhoarvé, vivant en 1503, marié à Isabelle du Bois.

Les srs de Stangalen, par. de Locarn, de même nom et armes, alliés aux Hamon, Raguideau et Boisguéhenneuc, ont produit deux sénéchaux de Carhaix depuis 1749 ; le second, maire et député de Carhaix aux Etats de 1786.

Guillou, sr de la Garenne, — de la Touche-Bréxin et de la Villerio, par. de Saint-Thuriaff-de-Quintin.

Déb., réf. 1668 ; réf. et montres de 1469 à 1535, dites par., év. de Saint-Brieuc.

Guillou, Aliks Guillemot, voyez Guillemot.

Guillouard, sr de Kerneven, par. de Penhan. Déb., réf. 1670, ress. de Quimper.

GuillouëT, sr du Bignon. Déb. R. 1669.

D’azur à trois pals d’argent (Arm. 1690). Un secrétaire du Roi en 1707.

Guillouzou, sr de la Villério, par. de Plaintel, — de Roc’hlédaa, — de Goaruz, — de la Roche, — du Plessix, — de Kerhuidonez, par. de Plestin, — de Kerguévarec, — de Kerédern, par. de Ploujean, — de Keromnès.

Maint, réf. 1670, 0 gén. et à l’intend. en 1702, ress. de Morlaix ; réf. et montres de 1469 à 1543, par. de Plaintel, év. de Saint-Brieuc.

D’azur au chevron d’or, accomp. de trois roues de sainte Catherine de même. comme Auffret ; aliàs : brisé en chef d’un croissant d’or. (G. le B.).