Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 96 )

te moques de nous, parce que tu es dans une chapelle ; mais viens un peu dehors. »

— « J’y vais à l’instant », leur répondis-je aussitôt. J’allai chercher mon épée et je voulus sortir ; mais je trouvai que la porte étoit fermée. Je le dis aux revenans qui ne répondirent point : j’allai me coucher et je dormis jusqu’au jour.