Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/183

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
( 9 )

elles arrivèrent bientôt dans des litières portées par des chevaux. Elles prirent place sur des carreaux dans la grotte ; et lorsqu’elles furent un peu reposées, je leur dis : « Mesdames, je ne me plains point de la nuit que j’ai passée à la Venta-Quemada ; mais je vous avoue qu’elle s’est terminée d’une manière qui m’a infiniment déplu. »

Emina me répondit : « Mon Alphonse, n’attribuez à nous que la belle partie de vos songes. Mais de quoi vous plaignez-vous ? n’avez-vous pas eu une occasion de faire preuve d’un courage plus qu’humain ? »

— « Comment, quelqu’un douteroit-il de mon courage ? Si