Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 101 )

près. Effectivement, au bout d’une demi-heure, je vis venir une jeune personne, à peu-près de mon âge. Les anges n’ont pas plus de beauté ; et l’impression qu’elle fit sur moi fut si forte et si subite, que je serois peut-être tombé du haut de l’arbre, si je n’y eusse été attaché par ma ceinture, précaution que je prenois quelquefois, pour me reposer avec plus de sûreté.

» La jeune personne avoit les yeux, baissés et l’air de la mélancolie la plus profonde. Elle s’assit sur un banc, s’appuya sur la table de marbre, et versa beaucoup de larmes. Sans trop savoir ce que je faisois, je me laissai couler en bas de l’arbre, et me plaçai de manière à ce que je