Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 113 )

qui connoissoient bien l’Espagne, me persuadèrent d’y aller. Je me mis à la tête de douze hommes. J’allai dans la baie de Taormine, et m’y tins caché pendant trois jours. Le quatrième, nous nous emparâmes d’un senant, sur lequel nous arrivâmes aux côtes d’Andalousie.

» Quoiqu’il y ait en Espagne plusieurs chaînes de montagnes, qui pouvoient nous offrir des retraites avantageuses, je donnai la préférence à la Sierra-Moréna, et je n’eus point lieu de m’en repentir. J’enlevai deux convois de piastres, et je fis d’autres coups importans. Enfin, mes succès donnèrent de l’ombrage à la cour. Le gouverneur de Cadix eut ordre de nous avoir morts ou vifs,