Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/344

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 32 )

fruits secs et de viandes froides, parmi lesquelles il ne se trouvoit point de viandes impures. Ensuite nous nous séparâmes. L’ermite et Pascheco furent conduits dans une chambre, et moi dans une autre.

Je me couchai et m’endormis. — Mais bientôt après, je fus réveillé par la belle Rebecca, qui me dit : « Seigneur Alphonse, pardonnez-moi d’oser interrompre votre sommeil. Je viens de chez mon frère ; nous avons fait les plus épouvantables conjurations, pour connoître les deux esprits auxquels il a eu à faire dans la Venta ; mais nous n’avons point réussi. Nous croyons qu’il a été joué par des Baaluns, sur lesquels