Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/426

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 114 )

ordonnai de me conduire à la Venta. C’est un secret qui s’est conservé dans notre famille, et c’est par un moyen pareil, que Moïse, propre frère de mon soixante-troisième ayeul, composa la colonne de feu qui conduisit les Israélites dans le désert.

» Mon feu follet s’alluma très-bien, et se mit à marcher devant moi ; mais il ne prit pas le plus court chemin. Je m’aperçus bien de son infidélité, mais je n’y fis pas assez d’attention.

» Il étoit minuit lorsque j’arrivai. En entrant dans la cour de la Venta, je vis qu’il y avoit de la lumière dans la chambre du milieu, et j’entendis une musique fort harmo-