Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
70
le tour du saguenay

Depuis 1873, il existe à Tadoussae un établissement ichthyogénique pour la reproduction du saumon. C’est une institution des plus intéressantes à visiter. Il en sort, chaque été, plus d’un million de petits saumons qui sont distribués dans les rivières tributaires du Saguenay.

Ajoutons, enfin, que Tadoussac, dans la langue montagnaise, signifie mamelons. D’après Mgr Laflèche, le mot en est Tatonskak, pluriel de Tatonsk, qui veut dire mamelle. Cet endroit était aussi appelé par les sauvages Satilège.

Quoiqu’il en soit, les Anglais écrivent Tadousac, et les Canadiens français Tadoussac. Les anciennes relations des missionnaires et presque tous les manuscrits de la période française ont adopté cette dernière orthographe. D’après les règles de l’euphonie française, on a raison d’écrire ce nom avec deux s.

Enfin, terminons par une description que donne de Tadoussac un missionnaire jésuite dans les Relations de 1676.

« C'est un lieu plein de rochers et si haut qu’on dirait que les géants qui voulurent autrefois combattre les cieux auraient jeté à cet endroit les fondements de leur escalade. Le grand fleure Saint-Laurent fait quasi dans ces rochers une baie ou une anse qui sert de port et d’assurance aux navires qui voguent en ces contrées : nous appelons cette baie Tadoussac. La nature l'a rendue fort commode pour l’ancrage des vaisseaux ; elle l'a bâtie en rond et mise à l’abri de tous vents. »

L’une des premières choses que s’empresse de visiter le touriste en débarquant à Tadoussac, c’est la vieille petite chapelle des sauvages, comme ou appelle le petit