Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
71
le tour du saguenay

temple, qui est situé près de l’Hôtel Tadoussac sur unebélévation qui domine la mer.

En 1661, les Iroquois, que l’on retrouve partout dans l’histoire des premières années du Canada, envahirent Tadoussac et réduisirent tout en cendres, excepté la chapelle en pierre des Jésuites. Cette chapelle datait des missions du Père Jean Dolbeau. Elle fut cependant détruite par un incendie, quatre ans plus tard, lorsque déjà, depuis deux ans, les Pères Jésuites avaient réussi à attirer, de nouveau, autour du petit temple, les sauvages dispersés par la peur.

Lorsque Mgr de Laval vint faire sa visite pastorale à Tadoussac, en 1668, l’église n’avait pas encore été reconstruite et les bons sauvages durent recevoir le chef de la prière dans une très modeste cabane d’écorce.

Enfin, en 1747, le Père Coquart, jésuite, missionnaire de Tadoussac, entreprit de construire une nouvelle chapelle.

C’est celle que nous voyons aujourd’hui perchée sur le plateau qui domine la grève de la baie de Tadoussac.

L’intendant Hocquart, qui, à son arrivée au Canada, faillit périr dans le naufrage de l’Éléphant, au Cap Brûlé, près de Saint-Joachim, le 1er septembre 1729, contribua généreusement en fournissant tous les bardeaux, planches et clous nécessaires à la construction.

Toutefois, cette chapelle ne fut terminée que le 27 juin 1750, lorsque l’intendant Bigot donna 200 livres pour finir la couverture. Avant son départ, Hocquart avait assuré une rente annuelle de 200 livres pour l’entretien de la chapelle.

Les habitants de Tadoussac, qui n’eurent pas d’autre église, jusqu’en 1885, ajoutèrent le jubé intérieur et la