Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
86
le tour du saguenay

les centaines d’étrangers qui, chaque été, passent leurs vacances à Tadoussac auraient raison de demander à Butes de retirer ses paroles, s’il vivait encore.

Qu’il y ait à Tadoussac des crêtes, des trous et des bosses, c’est vrai. Mais ce sont toutes ces choses incultes qui forment les assises de Tadoussac qui, avec le fleuve, avec les grandes beautés du Saguenay, forment le pittoresque de Tadoussac. Tadoussac semble, aujourd’hui, le village le plus heureux de la terre, et, pourtant, il a une histoire : ce qui prouve encore une fois la vanité des adages de la sagesse des nations. Tadoussac a une histoire et même une longue histoire. Qui même veut faire l’histoire du premier siècle du Canada ne peut pas s’empêcher de parler longuement de Tadoussac. Mais l’historien particulier de Tadoussac, c’est assurément feu J.-Ed. Roy, l’auteur de Au pays de Tadoussac. C’est à Tadoussac que s’élève encore aujourd’hui la première église qui fut construite au Canada…

Quand notre bateau a quitté l’Anse-à-l’Eau, nous entrons dans le sombre Saguenay, le fleure aux eaux profondes. C’est un gouffre profond taillé en plein granit, au sein d’énormes entassement de montagnes, « par un terrible cataclysme qui remonterait aux plus lointaines époques », dit Buies : « par des causes naturelles », soutient feu Mgr Laflamme.

À un demi-mille plus bas que Tadoussac, il y a l’Anse-â-la-Barque. En 1919, nous nous sommes arrêtés là et nous avons jeté notre ligne un tantinet. Nous primes sept superbes truites. C’est là que furent découvertes les épaves de la barque du sieur Roberval qui fit naufrage presque à l’entrée du Saguenay alors