Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
140
le tour du saguenay

prendre son canot, et le porter à la mer, où il embarqua sa femme et ses enfants, et quantité de fourrures, et se meirent ainsy près de deux cents canots, qui vont estrangement : car encore que nostre chaloupe fust bien année, si alloient-ils plus vite que nous. Il n’y a que deux personnes qui travaillent à la nage, l’homme et la femme.

Ils estoient au nombre de mille personnes, tant hommes que femmes et enfans. Le lieu de la poincte de Sainct Matthieu, où ils estoient premièrement cabannez, est assez plaisant. Ils estoient au bas d’un petit costeau plein d’arbres, de sapins et cyprès. À ladicte poincte, il y a une petite place unie, qui descouvre de fort loin ; et au dessus dudict costeau, est une terre unie, contenant une lieue de long, demye de large, couverte d’arbres ; la terre est fort sablonneuse, où il y a de bons pasturages. Tout le reste, ce ne sont que montaignes de rochers fort mauvais. La mer bat autour dudict costeau, qui asseiche prés d’une grande demy lieue de basse eau.




QUELQUES NOMS PROPRES EXTRAITS DES ŒUVRES DE CHAMPLAIN




Mai, 1603 — Le 20 dudict mois, nous eusmes congnoissance d’une isle qui s’appelle Anticosty…

Le lendemain, eusmes cognoissance de Cachepé…

Dudict Mantanne, nous vinsmes prendre cognoissance du Pic (Bic)…

1626 — Du cap de Gaspey à la terre du Nort y a vingt cinq à trente lieues…