Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
144
le tour du saguenay

pas qu’il en soit resté six debout, dans tout le village. des pans de maisons se sont abattus, et ici et là les poêles, meubles et autres objets ont été renversés, emportant avec eux les ustensiles, la vaisselle, etc., etc.

« Notre couvent, qui était sous la direction des bonnes sœurs de la Congrégation, est inhabitable pour le moment, trois cheminées et le plafond des mansardes étant démolis en partie. Trois élèves et une servante de cet établissement ont été blessées par des pierres provenant de l’éboulement des cheminées ; cependant, aucune d’elles n’est atteinte gravement.

« L’église a beaucoup souffert : une partie de son portail s’est écroulée, emportant un morceau de la voûte et le reste des murs est tellement lézardé qu’il est douteux qu’on puisse les réparer.

« La stupeur a été telle que pendant les trois ou quatre minutes qu’a duré la secousse, tout le monde pensait que c’en était fini, et que nous allions tous périr. Nous sommes encore sur le qui-vive, car de temps en temps de légères secousses se font encore sentir. Chacun redoute la nuit prochaine et se demande où il sera demain matin. Il est certain que si cette catastrophe fût arrivée pendant la nuit nous aurions à déplorer la perte d’un grand nombre de vies.

« Il nous est venu des gens de diverses concessions, de sorte que nous avons des nouvelles d’un circuit d’environ quatre lieues, et nulle part il n’est resté une habitation intacte ; partout la secousse a été violente. À l’heure où j’écris ces lignes, la terre tremble encore, et qui sait si je pourrai terminer. Aussi veuillez excuser le décousu de ces quelques détails que je vous donne