Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
6
le tour du saguenay

sont devenues si populaires, depuis une trentaine d’années, et si elles se sont développées si vite ; si leur population a doublé et si de petites industries locales trés florissantes ont pu s’implanter ; si le commerce a pris une grande extension ; enfin, si les étrangers les visitent, chaque été, en aussi grand nombre.

Nous n’avons pas encore de guide complet du Saint-Laurent et du Saguenay au point, de vue du tourisme ; le guide qui peut nous faire véritablement apprécier les beautés du voyage comme évoquer les souvenirs et l’histoire des lieux que l’on parcourt, l’histoire des paroisses qui s’offrent à nos regards, la plupart du temps, dans des échancrures de montagnes titanesques, des monts et des caps qui s’élèvent sur les bords du fleuve, des rivières qui s’y jettent. Leur histoire, nous aiderait pourtant à rendre intéressant un voyage sur les eaux du Saint-Laurent et du Saguenay.

Essayons de remédier à l’absence des guides par l’expression de quelques souvenirs et les résultats de recherches dans notre petite histoire.

Il nous faudrait d’abord des pages et des pages rien que pour rendre justice à la magnificence du départ de Québec par un clair matin d’été sur la route limpide et azurée que nous allons suivre jusqu’à Chicoutimi. Un Titien briserait son pinceau rien qu’à vouloir lui faire peindre l’impression de grandeur sans pareille que dégage le spectacle qui se présente, de chaque côté de nous, depuis le moment où le bateau a démarré de son quai jusqu’à l’instant où les hautes falaises de Saint-Joseph-de-Lévis et les collines de l’Île d’Orléans nous dérobent complètement la vue de Québec…